Les terrains de foot de la commune de Cléguérec ne sont pas arrosés...

Le 18 septembre 2018, à l'invitation du SMSB, 16 élus et agents techniques de 9 communes (de Centre Morbihan et Pontivy Communautés) se sont retrouvés sur les terrains de foot de Cléguérec pour voir leur état en fin d'été et comprendre pourquoi ces derniers n'ont pas besoin d'être arrosés. En effet, la plupart des terrains sportifs sont conçus (couche de sol réduite, drains plus ou moins denses, sable...) de telle sorte qu'ils soient portants pendant la saison pluvieuse, en automne et en hiver. Le revers de cette contrainte est que les terrains dessèchent l’été, poussant les communes à arroser... Mais dans un contexte de dérégulation climatique où les périodes de sécheresse vont s'amplifier et les restrictions d’eau vont être de plus en plus fréquentes, les communes n’auront pas d’autre choix que de trouver des solutions pour réduire l'arrosage.

Comment les terrains de foot de Cléguérec sont gérés ?

La commune compte 160 licenciés, 3 terrains de foot construits par façonnage en terre sur terrains agricoles. Seul le terrain d’honneur est drainé. Par ailleurs, aucun traitement phytosanitaire n’a été réalisé sur les terrains sportifs depuis 2015.

Les terrains de foot de Cléguérec n’ont jamais été arrosés. Les élus n’ont souhaité investir ni dans un système intégré, ni dans un forage dans un objectif de préservation de la ressource en eau et d’économie financière. Il convient de reconnaitre qu’à la date du 18 septembre 2018, après une période de déficit hydrique, les terrains ne sont pas « grillés ». L’herbe est bien enracinée et cet enracinement est favorisé par l’absence d’arrosage et par les diverses opérations mécaniques présentées ci-après.

Dans un contexte de diminution des dotations budgétaires et du temps disponible, la volonté de passer en 0 phyto en 2015 sur le terrain des sports a amené la commune à avoir une réflexion globale pour conserver des terrains de qualité. Pour Martine Auffret, adjointe, les terrains de foot doivent être gérés comme une culture (travail du sol, tonte, amendement...) dans le but d’obtenir, au bout de plusieurs années, un sol vivant, une herbe enracinée profondément et un gazon résistant au piétinement et à la sécheresse.

La commune de Cléguérec s’est associée aux communes de Malguénac et de Guern pour acquérir  un décompacteur à louchets et un aérateur/regarnisseur (qui fait herse également). Les subventions obtenues grâce à cet achat mutualisé a permis de réduire considérablement le coût restant à la charge des communes.

 Propriétaires du matériel, ces 3 communes peuvent donc intervenir plus fréquemment et aux moments opportun : Aurélien Normand, directeur des services techniques, indique que les opérations d’entretien (décompactage, aération/regarnissage, amendement,  tonte en mulching, activateur de sol) sont réalisées d’octobre à avril. Si elles étaient réalisées en dehors de cette période, c’est-à-dire pendant les mois les plus secs de mai à septembre, elles accentueraient le manque d’eau et feraient souffrir le gazon.

Comme dans toutes les communes, la commune de Cléguérec est confrontée à la difficulté  de concilier ces opérations avec les entrainements, matchs et tournois ainsi qu’avec les conditions météorologiques, ce qui n’est pas toujours facile mais ce qui s’avère, au final, possible. Concernant le regarnissage : Le tassement provoqué par le piétinement des joueurs favorise l’adhérence des graines au sol (ceci se pratique dans fermes en système herbager : faire pâturer juste après le semis lorsqu’il y a « regarnissage » de la prairie). La germination se fait en quelques jours s’il pleut. D’où l’intérêt de caler les interventions en fonction des prévisions météo, les agents agissant comme des cultivateurs ! Les graminées choisies sont le ray-grass anglais et la fétuque et des variétés adaptées selon les conseils du vendeur.

La hauteur de tonte est remontée l’été. Un tournoi organisé début septembre oblige à tondre plus bas, ce qui, en année sèche comme en 2018, fait souffrir le gazon. Un regarnissage des 3 terrains va être effectué dès que les conditions pluviométriques vont le permettre et l’herbe jaunie devrait reverdir rapidement. On observe que l’herbe est bien vivante car les touffes vertes sont bien là. Note du SMSB : les tontes rases favorisent les dicotylédones (pissenlit, plantain...) et les graminées du type Pâturin annuel ; les tontes plus hautes augmentent la profondeur d’enracinement.

Martine Auffret recommande la réalisation d’analyses pour bien connaitre les sols : une analyse chimique (à faire tous les 3/4 ans) et une analyse granulométrique (à faire tous les 10 ans) permettent d’optimiser les amendements et de préciser le type de sable à apporter lequel influence la rétention d’eau. Ces analyses sont incontournables quand on veut entreprendre une réflexion globale.

Un facteur aussi très favorable à Cléguérec est la communication avec les responsables du club et les joueurs. Les élus et les agents techniques ont toujours expliqué et justifié leur démarche  en rencontrant les dirigeants. Grâce au cahier de préconisations du cabinet Proxalys, les changements de pratiques ont été bien compris  par des responsables d’équipes sensibles à la question des dangers des produits phytosanitaires. Forts des formations suivies, des conseils du cabinet Proxalys et d’une décision politique mûrement réfléchie au sein de l’équipe municipale, il a été facile de se faire comprendre. Martine Auffret part du principe que les responsables et joueurs sont capables d’entendre et de comprendre. Aujourd’hui, les relations sont constructives.

Exemples d'actions

Aérateur_Robinet

Une famille test à Baud

Des réducteurs de débit aux robinets et à la douche ont permis d'économiser 23% d'eau et 44 € sur la facture d'eau...

Lire la suite

Mairie_Guenin_56

Suivi de 30 communes

Depuis 2016, les services du SAGE Blavet suivent les consommations d'eau de 30 communes des secteurs de Baud, Locminé et Pontivy...

Lire la suite