Un niveau de pluies inférieur à la normale à Pontivy

Durant la période d’octobre 2020 à mars 2021, sur les quatre stations météorologiques mentionnées ci-après, les précipitations sont soit en-dessous, soit au-dessus des « normales » : 95 % de la « normale » à la station de Rennes St-Jacques (35), 144 % à St-Brieuc Trémuson (22), 123 % à Spézet St-Goazec (29) et 90 % de la « normale » à Pontivy (56).

Les pluies efficaces*

Elles ont été fortes en octobre, puis plus faibles en novembre, importantes en décembre-janvier, plus faibles en février et quasi-absentes en mars.

De ce fait, la recharge des nappes qui se fait grâce à ces pluies efficaces s’est interrompue en novembre, février et mars. Ces pluies ont été hétérogènes d’octobre 2020 à mars 2021 : 60 % des pluies tombées à Rennes St-Jacques, 73 % à St-Brieuc Trémuson, 82 % à Spézet St-Goazec et 72 % à Pontivy.

Des niveaux des nappes en baisse à fin mars

La carte régionale ci-contre montre un état de remplissage des aquifères à fin mars 2021 inférieur à la « normale » saisonnière** pour 43 % des piézomètres (en jaune et rouge) en raison du déficit pluviométrique.

Ainsi sur le Blavet, la situation est la suivante :

- 2 stations où les niveaux des nappes sont inférieurs à la normale : Kerpert dans le 22 et à Hennebont dans le 56.

- 2 stations où les niveaux des nappes sont conformes à la normale : Pontivy et Bieuzy dans le 56.

- 1 station où le niveau est supérieur à la normale : Baud dans le 56.

Ainsi, à fin mars 2021, la situation du niveau des nappes est hétérogène sur le bassin versant du Blavet mais toutes ont une tendance à la baisse.

Lac de Guerlédan : la cote touristique minimale sera-t-elle atteinte en mai ?

La courbe ci-dessous (trait rouge plein) montre l’évolution du niveau du lac en avril : au 13 avril, son niveau est supérieur à l’objectif  à atteindre au 1er mai (trait pointillé). Cet objectif a été fixé pour anticiper la saison estivale et permettre des activités nautiques. Un autre objectif a été fixé pour le 1er juillet.

 

* Les pluies efficaces correspondent à la part de précipitations qui ruisselle à la surface du sol et qui s’infiltre jusqu’à la nappe (le reste étant soit évaporé, soit utilisé par la végétation). En raison de l’élévation des températures et du développement de la végétation, ces pluies efficaces sont faibles d’avril à septembre, et plus importantes d’octobre à mars.  

**Comparaison par rapport aux mesures effectuées en avril au cours des années de mesure : depuis 1992-1993 pour 10 ouvrages du Finistère, depuis 1980-1990 pour 4 ouvrages du Morbihan, et depuis 2003-2004-2005 pour les autres

Sources : Bulletin du BRGM Bretagne ; Observatoire hydrologique du Morbihan, Préfecture 56.

Toutes les actualités